Skip to main content
  1. Home >
  2. A propos de Fujitsu >
  3. News >
  4. Communiqués de presse >
  5. 2011>
  6. Le super-ordinateur « K » développé par Fujitsu et RIKEN obtient les meilleures performances mondiales avec 8,162 pétaflops, se hissant ainsi à la tête du classement TOP500

Le super-ordinateur « K » s'octroie la première place du classement mondial Top 500

Le super-ordinateur « K » développé par Fujitsu et RIKEN obtient les meilleures performances mondiales avec 8,162 pétaflops, se hissant ainsi à la tête du classement TOP500

Asnières-sur-seine, June 27, 2011

L'institut RIKEN et Fujitsu se hissent au premier rang de cette 37ème édition du classement TOP500, publié le 20 juin dernier à l'occasion de la 26ème  Conférence Internationale des super-ordinateurs (ISC'11), organisée à Hambourg (Allemagne). Ce classement a été établi suite à l'évaluation des performances du super-ordinateur « K » (*1), système faisant toujours l'objet d'un travail de collaboration entre Fujitsu et l’institut RIKEN.

Actuellement en phase de déploiement, le système informatique K classé au TOP500 compte à son actif 672 racks informatiques, équipés au total de 68 544 processeurs. Mis à l'épreuve par le test de performances LINPARK, ce système encore inachevé vient d'afficher le record mondial de 8,162 pétaflops (8,162 millions de milliards d'opérations en virgule flottante par seconde), se hissant ainsi à la tête du classement TOP500. Autre prouesse : ce système a placé la barre très haute en affichant un taux d'efficacité de calcul de 93 %. C'est la première fois depuis juin 2004 (depuis « Earth Simulator ») qu'un super-ordinateur nippon décroche la première place au TOP500.

Avant-propos

L'institut RIKEN et Fujitsu ont travaillé main dans la main pour mettre au point l'ordinateur K. Leur objectif : exploiter ce système conjointement d'ici novembre 2012 dans le cadre du programme HPCI (High-Performance Computing Infrastructure - Infrastructure informatique hautes performances), une initiative menée sous la direction du MEXT, le ministère japonais de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie. L'ordinateur K se composera de plus de 800 racks informatiques, chacun étant équipé de processeurs ultra-rapides et éco-énergétiques. Ce super-ordinateur aura accès à un réseau capable de fournir une interconnectivité au débit impressionnant. Ce super-ordinateur réunit des technologies de pointe pour offrir de hautes performances et une grande fiabilité.

Pour mettre au banc d'essai les performances du système lors de la phase de configuration, la vitesse de traitement de l'ordinateur K a été évaluée par le test de performances LINPACK. Résultat : le super-ordinateur K se hisse au premier rang du classement mondial TOP500 pour cette 37e édition. Créé en 1993, le classement TOP500 est mis à jour deux fois par an, en juin et en novembre.

Performances et perspectives pour l'ordinateur K

Exécuté sur les 68 544 processeurs déjà installés sur l'ordinateur K configuré, le programme de tests LINPACK a annoncé un record mondial avec une performance de 8,162 pétaflops. Cette prouesse propulse ce système informatique à la première place du classement TOP500. En outre, l'ordinateur K a affiché une efficacité de calcul de 93 %, un taux particulièrement élevé pour un système qui figure parmi les plus grands super-ordinateurs du monde. Si un tel exploit a pu voir le jour, c'est grâce à l'intégration des technologies dont bénéficie l'ordinateur K, notamment son grand nombre de processeurs, le réseau d’interconnection reliant ces processeurs entre eux et le logiciel capable de générer les meilleures performances pour ce matériel.

La configuration de l'ordinateur K sera terminée en 2012, date à laquelle ce système est censé atteindre une capacité de calcul de 10 pétaflops dans le cadre du test LINPACK. L'ordinateur K sera utilisé dans une variété de domaines des sciences informatiques et devrait contribuer à la génération de résultats issus de la recherche internationale. Il s'agit d'un super-ordinateur intégralement conçu au Japon, des opérations de recherche et développement appliquées aux processeurs jusqu'à la conception et la fabrication du système. L'utilisation de l'ordinateur K devrait avoir un impact révolutionnaire dans différents domaines, tels que la recherche climatique, la météorologie, la prévention des catastrophes ou encore la médecine, et devrait ainsi contribuer à la prospérité et à la sécurité de la société. L'institut RIKEN et Fujitsu continueront de travailler sans relâche afin d'achever l'élaboration de ce système informatique en 2012.

Commentaires de l'institut RIKEN et de Fujitsu

Ryoji Noyori, Président de l'institut RIKEN

Je voudrais exprimer ma reconnaissance à tous les participants de ce projet, en commençant par nos collègues de Fujitsu Limited, notre partenaire de développement. L'équipe Fujitsu a travaillé très dur sur la conception de l'ordinateur K, même lorsque les conditions se sont révélées extrêmement difficiles suite au séisme qui a frappé le nord-est du Japon. Partager la joie de ce moment avec nos collègues est vraiment merveilleux. Je crois sincèrement que la force et la persévérance dont ont fait preuve tous les acteurs de ce projet aideront également la région dévastée du Tôhoku à se reconstruire. L'échéance fixée au mois de juin 2012 se rapproche à grands pas et nous promettons de tenir fermement nos engagements quant à la maintenance et au fonctionnement du système. J'espère d'ailleurs être témoin de résultats remarquables lorsque nous commencerons à commercialiser aux quatre coins du monde le super-ordinateur le plus performant du marché.  

Michiyoshi Mazuka, PDG de Fujitsu Limited

Je suis ravi que nous ayons pu atteindre un tel résultat grâce aux efforts considérables de tous les intervenants, et ce malgré l'impact du séisme dont a été victime le nord-est du Japon. Je remercie plus particulièrement nos partenaires de la région du Tôhoku pour leur implication dans l'approvisionnement constant des composants, même lorsque la catastrophe les a touchés personnellement. Pour réunir les centaines de milliers de composants nécessaires au lancement rapide d'un système informatique de cette ampleur (chose quasiment impossible en ayant recours à des technologies classiques) nous devions pouvoir compter sur un niveau de fiabilité exceptionnel. Je pense que cette fiabilité est véritablement l'atout numéro un de la fabrication japonaise. Sans nous reposer sur nos lauriers ni perdre de vue notre objectif qui vise à aller toujours plus loin, nous nous attellerons au déploiement du système, et une fois cette étape terminée, nous serons impatients de contribuer aux résultats que fournira l'ordinateur K.

Explication complémentaire

1. L'ordinateur K

L'ordinateur K, développé conjointement par l'institut RIKEN et la société Fujitsu, s'inscrit dans le cadre du programme HPCI (High-Performance Computing Infrastructure : Infrastructure informatique hautes performances),initiative menée sous la direction du MEXT, le ministère japonais de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie. Tandis que la configuration de l'ordinateur K a débuté à la fin du mois de septembre 2010, la disponibilité de l'utilisation partagée est fixée quant à elle à 2012. « L'ordinateur K » est le surnom qu'a attribué l'institut RIKEN au super-ordinateur de ce projet depuis juillet 2010. « K » vient du kanji « Kei » qui signifie dix péta ou 10 puissance 16. Conçu d'après la lettre japonaise Kei, le logo de l'ordinateur K a été choisi en octobre 2010. Au sens initial, « Kei » fait référence à une grande voie, dans l'espoir que ce système deviendra une nouvelle voie ouverte vers les sciences informatiques.

2. LINPACK

Mis au point par J. Dongarra, docteur à l'université de Tennessee, ce programme permet de résoudre un système d'équations linéaires par calcul matriciel. Ce test de performances sert à classer les plus puissants super-ordinateurs du monde dans le TOP500 (classement publié chaque année en juin et en novembre).

 

###

A propos de Fujitsu

Fujitsu est le principal fournisseur de solutions informatiques destinées aux entreprises sur le marché international. Avec environ 170 000 employés au service d'une clientèle représentée dans plus de 100 pays, Fujitsu regroupe des personnes spécialisées dans les services et les systèmes à travers le monde entier et propose des solutions informatiques et de communication extrêmement fiables ainsi que de la microélectronique avancée pour offrir des produits haute performance à ses clients. Le siège social de Fujitsu Limited (TSE : 6702) se trouve à Tokyo. La société affiche des revenus consolidés de 4 500 milliards de yens (55 milliards de $ US) pour l'exercice financier clos le 31 mars 2011. Pour plus d’information : http://www.fujitsu.com

En Europe

Fujitsu est le fournisseur d'infrastructures informatiques leader en Europe et est présent sur les principaux marchés en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et en Inde. La société propose ses solutions aux petites, moyennes et grandes entreprises ainsi qu’aux particuliers. Son approche tournée vers les infrastructures dynamiques lui permet d'offrir une large gamme de produits, solutions et services informatiques allant des solutions clients aux solutions pour les centres informatiques, en passant par les services d'infrastructure gérée et les infrastructures en tant que service. Fujitsu  emploie en Europe plus de 35 000 personnes.

Pour plus d'information, voir : http://ts.fujitsu.com/

A propos de l’Institut RIKEN

L'institut RIKEN a pour mission de mener des recherches approfondies dans le domaine des sciences et de la technologie (à l'exception des sciences humaines et des sciences sociales), conformément aux modalités stipulées dans le « Règlement RIKEN ». Il s'engage également à publier les résultats de ses recherches scientifiques et de ses innovations technologiques. L'institut RIKEN réalise des expériences et des travaux de recherche de la plus grande importance et ce, dans une variété de domaines, tels que la physique, la chimie, les sciences médicales, la biologie et l'ingénierie. Cet institut de recherche scientifique assure l'ensemble du processus, de la recherche fondamentale à l'application pratique. Centre de recherche privé fondé en 1917, l'institut RIKEN a fait l'objet d'une réorganisation en 2003 et bénéfice depuis du statut d'institut administratif indépendant sous l'égide du ministère japonais de l'Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie.

Date: 27 June, 2011
Ville: Asnières-sur-seine